Accueil > S’informer > Articles et traductions > Forum social des peuples à Ottawa : (...)

Forum social des peuples à Ottawa : un rassemblement historique pour l’action

Zoom d’actualité

, par CEDIDELP , GERGAUD Sophie

Près de 6000 personnes issues de la société civile et des mouvements sociaux se sont rassemblées pour le Forum social des peuples à Ottawa du 21 au 24 août 2014. L’objectif était de renforcer les réseaux et d’échanger sur les alternatives visant à faire contrepoids aux politiques ultra-conservatrices et à l’austérité ambiante qui gagnent sans cesse du terrain au Canada. Il s’agissait aussi, et avant tout, d’établir une stratégie collective pour redéfinir une vision de société commune. Le succès de cette rencontre a permis d’aboutir à une déclaration et à un appel à l’action qui ont su mobiliser bien au-delà des frontières du pays, prouvant que les enjeux des problématiques abordées ont une ampleur bel et bien internationale.

PNG - 480.6 ko

Intensifiant une convergence d’une diversité sans précédent au Canada, le Forum social des peuples (FSP) d’Ottawa représente, à plus d’un titre, un événement historique pour le pays et, plus largement, pour les mouvements sociaux à l’échelle internationale. Lors de son discours d’ouverture, Naomi Klein a rappelé que le FSP représentait le plus important rassemblement au Canada depuis le Sommet des Amériques en 2001, tandis que les organisateurs l’ont tous décrit comme le premier forum pancanadien des forces progressistes. 2000 personnes ont participé à la grande manifestation d’ouverture sur la Colline du Parlement. Près de 6000 militantes et militants ont ensuite pu tisser des liens de solidarité et participer à plus de 19 assemblées et 500 ateliers sur des thématiques aussi variées que l’alimentation, l’économie, la gouvernance, les services publics, l’éducation et les droits des peuples autochtones...

PNG - 211.5 ko
La marche d’ouverture du Forum social des peuples (Photo Ben Powless)
Près de 2000 personnes ont participé à la marche d’ouverture du Forum social des Peuples, "la marche de l’unité", dirigée par les femmes autochtones.

L’article de Marie-Christine Aubin Côté dans Ricochet revient sur les trois principales alliances qui se sont démarquées : syndicales, environnementales et autochtones. Ce que Michel Lambert appelle, dans son article paru sur Rabble, les « trois solitudes » du Canada, « cibles d’un unique ennemi », la logique capitaliste néolibérale qui s’attaque au bien commun. Pour le co-fondateur d’Alternatives, le FSP fut un « rassemblement historique – et tellement nécessaire – des forces progressistes » qui a permis de « dégager des perspectives à long terme : la particularité de ce forum social est qu’il était composé à moitié de conférences et à moitié d’assemblées de convergence. Le but était de passer à l’action ». Ainsi, les participants ont salué le fait qu’il n’y ait pas seulement eu une déclaration finale, mais aussi un appel à l’action concertée de tous les groupes.

Des thématiques locales à l’impact global ?

Alternatives à l’économie ultra-libérale, environnement et justice climatique, peuples autochtones..., le communiqué de presse du FSP annonçait déjà les grandes thématiques qui allaient traverser l’événement. « Le Forum social des peuples vise surtout à offrir des solutions de remplacements aux idées de droite pour démontrer qu’il est possible d’organiser notre société autrement, de façon viable à long terme. (…) Le Forum social des peuples va aussi se pencher sur l’avenir climatique de notre planète et proposer des solutions pour nous libérer de notre dangereuse dépendance aux combustibles fossiles ». En ces temps de luttes contre les différents projets extractivistes et autres constructions de pipelines écocidaires qui fleurissent de toutes part au Canada (voir le Zoom d’actualité Ritimo sur le droit à la terre), il était inévitable que se tienne une assemblée de convergence consacrée exclusivement à la justice minière pour « coaliser les groupes et organisations autour de luttes mémorables tant au Québec qu’au Canada dans la volonté commune de stopper les oléoducs, entre autres Enbridge, Northen Gateway et Keystone-XL ». La justice minière interpelle particulièrement la société civile canadienne, alors que plus de 75% des sociétés minières et d’exploration du monde ont leur siège social au Canada, même si la ruée vers l’exportation de minéraux est devenue la stratégie économique clé des gouvernements à travers le monde.
Autre assemblée marquante, l’assemblée des mouvements sociaux sur les changements climatiques qui a regroupé des mouvements et des groupes du Québec, du Canada et des Premières Nations, qui ensemble, veulent mettre de l’avant des stratégies communes pour la lutte contre les changements climatiques. L’Assemblée a pointé du doigt la principale responsable des émissions de gaz à effet de serre au Canada : l’exploitation du pétrole des sables bitumineux.

La forte présence autochtone au FSP constitue par ailleurs une avancée majeure dans l’histoire du Canada. A ce titre, le forum s’est ouvert avec, en premier lieu, une cérémonie d’ouverture traditionnelle algonquine [1] afin d’affirmer et de rendre hommage à l’identité amérindienne du territoire sur lequel l’événement allait se dérouler. « Je pense qu’il faut revenir de cet événement avec le sentiment qu’un lien a été créé, ce qui permettra d’établir une relation de confiance à l’avenir », a observé Mélissa Mollen-Dupuis sur la page facebook du mouvement Idle no More qu’elle représente, rappelant le souhait des membres des Premières Nations de travailler d’égal à égal avec les mouvements sociaux. « Il ne suffit pas d’avoir un "indien de service" dans un comité et de dire que les autochtones approuvent » a rappelé Widia Larivière, de Femmes autochtones du Québec, à Marie-Christine Aubin Côté.

Pour une déconstruction des paradigmes et une solidarité active

La question des médias alternatifs a également occupé une bonne partie des débats, avec de multiples activités organisées par les militants du droit à l’information. En amont du forum, un Média Bootcamp avait été mis sur pied afin d’assurer la formation de citoyens militants volontaires pour couvrir le FSP via la vidéo, la radio ou la presse écrite, tandis qu’un panel, diffusé en streaming, a resitué les défis principaux auxquels sont confrontés les médias alternatifs. Un centre médiatique alternatif a animé une émission de radio en direct et un journal quotidien couvrant le forum. Le troisième jour du forum, l’assemblée de convergence dédiée aux stratégies pour bâtir un mouvement médiatique a été diffusée en direct sur Internet.

Bien d’autres thèmes ont su réunir les participants en nombre. Parmi les événements particulièrement marquants, l’assemblée sur les services publics, qui s’est tenue le troisième jour devant une salle comble, a réuni des fonctionnaires mais aussi des groupes qui ne sont pas forcément de nature syndicale et qui ont pu présenter leurs perspectives respectives. En solidarité avec le peuple palestinien et face aux récentes attaques subies, les participants au FSP ont rédigé une déclaration de convergence pour la Palestine le 23 août. Lors de la soirée de clôture, une photo collective a été prise en soutien à la victime de Ferguson, aux États-Unis [2]

JPEG - 45.6 ko
Photo en soutien aux manifestants de Ferguson, lors de la soirée de clôture du Forum Social des Peuples (Photo Ben Powless)

Forum Social des Peuples : et si ça ne faisait que commencer ?

C’est avec ce titre plein d’espoir que, sur le site d’Alternatives, Michel Lambert dresse les premières conclusions au lendemain de cet événement marquant de l’histoire canadienne, tout en proposant déjà les prochaines étapes à venir : soutenir la dynamique des Premières Nations, soutenir le processus des assemblées de mouvements sociaux, tenir une assemblée générale du FSP, participer au Forum social mondial de Tunis. « En 2014, les succès politiques et populaires du Forum social des peuples démontrent d’eux-mêmes la soif intense des militants et militantes des multiples mouvements sociaux pour qu’ensemble, nous puissions maintenant parvenir à déployer une stratégie commune cohérente en réponse aux agressions du programme des conservateurs et de ceux qui leur succéderont. (…) L’une des priorités reste donc de redéfinir une vision collective pour une démocratie inclusive et un nouveau paradigme économique. »

Pour en savoir plus, retrouvez le programme complet du FSP et parcourez la couverture médiatique du FSP.

Vivez (ou revivez) le Forum social des Peuples en photos

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.694307743955807.1073741833.468950559824861&type=1
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.694907130562535.1073741836.468950559824861&type=1
https://www.facebook.com/media/set/?set=a.694664517253463.1073741834.468950559824861&type=1

A écouter

Une interview de Judy Rebick, fondatrice de Rabble.ca et militante féministe par The Media Co-op. Rebick revient sur les tentatives précédentes d’organisation d’un forum social pancanadien et explique pourquoi, selon elle, celui-ci a réussi et marque à ce point l’histoire des mouvements sociaux du pays.

Des vidéos à voir

La marche des peuples

Marche de l’unité des peuples from la CSN on Vimeo.

Les ateliers

Les ateliers au Forum social des peuples from la CSN on Vimeo.

Un vox pop

Pourquoi assister au Forum social des peuples ? from la CSN on Vimeo.

Entrevue avec Naomi Klein

Naomi Klein au Forum social des peuples à Ottawa from la CSN on Vimeo.

"A Stand for Love and Unity"

Notes

[1Les Algonquins sont un peuple autochtone de la famille des langues algonquiennes. Neuf communautés sont situées au Québec et une en Ontario.

[2Le 9 août 2014, Michael Brown, un jeune Noir de 18 ans, a été tué en pleine rue par un policier Blanc, ce qui a déclenché plusieurs jours d’émeutes dans cette petite ville du Missouri.

Infos complémentaires

Provenance ritimo

Type de document article

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous