Accueil > S’informer > Articles et traductions > Décoloniser le FSM : un autre mensonge

Décoloniser le FSM : un autre mensonge est possible

, par Ciranda Brasil , TLILI Marwan

L’édition tunisienne du FSM vient de se clôturer le 30 mars dernier. C’était une expérience unique pour des associations, organisations et citoyens du monde entier de se retrouver et d’établir les réseaux nécessaires pour alimenter leurs engagements respectifs. Dans ce texte, Marwan Tlili, jeune tunisien, s’interroge sur les aspects du FSM foncièrement occidentaux et encore très imprégnée de colonialisme.

JPEG - 23.7 ko
FSM : Un autre monde est possible

« Sans aucun doute, des personnes et des militants du monde entier sont venus à Tunis pour ‘essayer’ d’avoir une idée sur la ‘révolution’ en Tunisie et ses suites. Il n’est pas certain que la majorité d’entre eux aient pu entrer en contact avec les acteurs des premières lignes de la révolution, notamment les Tunisiens des quartiers défavorisés de Tunis ainsi que ceux des régions éloignées qui ont activement participé à la révolte populaire.

L’exclusion des mouvements sociaux de base et de ceux qui sont à la marge a toujours été un thème récurrent dans les forums sociaux mondiaux et le FSM 2013 n’a pas fait l’exception. S’il est clair que la participation au forum de Tunis a été massive, une grande majorité de Tunisiens n’ont pas pu y participer et encore moins y proposer des activités, ce qui est assez ironique vu que la conjoncture historique devrait favoriser les échanges de savoirs et de pratiques à partir de ceux qui ont mené les révoltes populaires. »

Consultez l’intégralité de l’article sur Ciranda.net

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous