Accueil > Éduquer > Pistes et ressources pédagogiques > Pour enseignants > Pratiquer l’éducation au développement en Première > Ce que dit l’Education nationale

Ce que dit l’Education nationale

Le lien avec les programmes de 1ère

Des liens existent entre les programmes de l’Education nationale et l’éducation au développement et à la solidarité internationale.

LES TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS ET LES PROJETS PLURIDISCIPLINAIRES A CARACTERE PROFESSIONNEL

Les travaux personnels encadrés (présentation sur le site Eduscol) en premières générales et technologiques et les projets pluridisciplinaires à caractère professionnel (présentation sur le site Eduscol) des lycées professionnels permettent aux élèves de mener des travaux de recherche en partant des programmes scolaires.
Les lycéens peuvent prendre appui sur ces dispositifs pour approfondir une thématique liée à la solidarité internationale ou au développement durable.

PROGRAMME D’EDUCATION CIVIQUE, JURIDIQUE ET SOCIALE (SERIE GENERALE)

Le Bulletin officiel n°21 du 26 mai 201, de l’Education nationale définit les connaissances que l’élève de Première doit acquérir au cours de l’année.

Les objectifs défendus par l’éducation au développement et à la solidarité internationale peuvent être abordés notamment dans les aspects du programme suivant :

Les institutions, la vie politique et sociale, la nation et sa défense

Thème 2 - La représentation et la démocratie d’opinion

La République française est un régime représentatif.
À des degrés divers, de la nation à la commune, le peuple est appelé à élire ses représentants (président de la République, députés, conseillers municipaux).

Les procédures électorales ne concernent pas seulement la sphère politique, mais la société civile dans son ensemble, puisqu’elles accompagnent le monde du travail (élections professionnelles) aussi bien que les activités associatives (syndicats, amicales, etc.).
Le vote est ainsi un moyen d’expression qui permet de faire connaître, par le moyen d’un scrutin, une « volonté générale ». Celle-ci peut concerner le peuple dans sa globalité ou seulement les membres d’une collectivité ou d’une association. Les décisions qui en résultent ont un caractère de légalité et, au nom du principe majoritaire, représentent indistinctement l’ensemble de ceux qui y ont pris part. Moment crucial des pratiques et du débat politique, le vote traduit l’état d’une « opinion publique ». Celle-ci se manifeste de diverses manières : presse écrite ou orale (radio, télévision), pétitions, manifestations, enquêtes et sondages. La vie démocratique est désormais rythmée par les scrutins électoraux et par les enquêtes d’opinion.

Cette combinaison d’une démocratie électorale et d’une démocratie d’opinion produit des effets sur les pratiques politiques et invite à en comprendre les logiques sous-jacentes.
Ce thème doit donner lieu, selon le choix du professeur, à des travaux de nature différente parmi les propositions suivantes :
- une analyse des pouvoirs et des politiques menées par une collectivité locale proche du lycée (la commune, le département ou la région) ;
- l’étude d’un grand débat institutionnel depuis 1958, montrant les arguments en présence : par exemple, l’élection du président de la République au suffrage universel, la réforme constitutionnelle de 2008, etc. ;
- une analyse comparative des équilibres institutionnels dans deux ou trois démocraties européennes (par exemple France, Angleterre, Allemagne) pour juger de la relative singularité française ;
- l’étude des relations institutionnelles entre le président de la République et le Gouvernement, qui permet d’éclairer et de problématiser les notions d’« État », de « gouvernement civil » et de « pouvoir exécutif ».

Celui-ci insiste sur les autres dimensions :
- la participation à l’espace du débat public où se forme l’opinion publique, ce qui implique l’analyse critique des moyens de communication de masse et de leurs effets (y compris de l’Internet, des forums et du courrier électronique) ;
- la participation aux associations civiles, sociales et politiques, notamment à l’échelon local ;
- la participation à des groupes défendant des intérêts, par exemple les syndicats ;
- la participation à des actions collectives, locales ou nationales, sur des objectifs sociaux ou civiques.
Il ne s’agit pas bien sûr d’étudier toutes les formes de participation politique et d’actions collectives mais d’en choisir une manifestation qui puisse à la fois faire sens et susciter l’intérêt des élèves. On pourra ainsi mettre en évidence l’importance de la participation politique non électorale dans la formation du lien politique qui rassemble la Cité. "

PROGRAMME D’HISTOIRE (SERIE GENERALE)

Le Bulletin officiel spécial n°9 du 30 septembre 2010, de l’Education nationale définit les connaissances que l’élève de Première doit acquérir au cours de l’année.

Les objectifs défendus par l’éducation au développement et à la solidarité internationale peuvent être abordés notamment dans les aspects du programme suivant :

Questions pour comprendre le vingtième siècle

Thème 4 - Colonisation et décolonisation

Le temps des dominations coloniales :
- Le partage colonial de l’Afrique à la fin du XIXème siècle
- L’Empire français au moment de l’exposition coloniale de 1931, réalités, représentations et contestations.

Infos complémentaires

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous