Accueil > S’informer > Dossiers > Dossier climat : Ressources en prévision de la COP 21 en 2015 > Carbone : le Nord criblé de dettes

Dossier Dossier climat : Ressources en prévision de la COP 21 en 2015

Carbone : le Nord criblé de dettes

Changement climatique et relations Nord-Sud

, par LA CASE

Les changements climatiques sont dus aux émissions de gaz à effet de serre provenant très majoritairement des activités des pays industrialisés, mais leurs impacts se font principalement ressentir dans les pays du Sud, à la fois en raison de leur localisation géographique, de leur économie essentiellement basée sur des secteurs dépendant du climat (agriculture, tourisme...), mais aussi parce qu’ils ne sont pas en mesure de se prémunir contre les impacts du phénomène et de s’y adapter. Le changement climatique accentue ainsi les situations précaires des populations les plus démunies (sécurité alimentaire, accès aux soins, à l’eau et à l’énergie, logement...), renforçant encore un peu plus la fracture sociale et économique entre le Nord et le Sud.

De plus, les pays du Nord ont connu une expansion industrielle plus importante que ceux du Sud en exploitant et en consommant une quantité plus importante de ressources disponibles et exploitées au Sud, dont les combustibles fossiles, non renouvelables et par conséquent à jamais indisponibles.
En outre, pour satisfaire la surconsommation du Nord, les surfaces destinées aux cultures vivrières pour l’alimentation des populations locales se voient réduites au Sud, et une déforestation massive est en cours, au profit de monocultures d’exportation imposées (soja, huile de palme…) faisant la part belle à l’utilisation intensive d’engrais et détruisant de précieux puits de carbone.

On peut ainsi parler de « dette carbone » pour désigner la dette accumulée en raison d’une part de la destruction de ces puits de carbone et d’autre part des émissions de gaz à effet de serre des pays les plus industrialisés aux dépens des pays du Sud avec, pour conséquence, des dérèglements climatiques dont les effets se font plus durement sentir au Sud.

Cette dette écologique est par ailleurs aggravée par la fabrication dans les pays du Sud, par des entreprises du Nord, de produits consommés au Nord, délocalisant ainsi la responsabilité d’importantes émissions de gaz à effet de serre dans les pays du Sud.

Pour rembourser cette dette, un changement des modes de consommation des pays du Nord est possible et nécessaire. Au nom d’une justice climatique, les pays riches ont aussi une dette morale vis-à-vis des pays du Sud et doivent contribuer financièrement aux coûts d’adaptation pour ces pays, estimés entre 28 et 67 milliards de dollars annuels par la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CNUCC).

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous