Accueil > S’informer > Dossiers > Pérou : justice et développement pour tous ? > Bibliographie sur le Pérou

Dossier Pérou : justice et développement pour tous ?

Bibliographie sur le Pérou

, par CDTM 34

Donde Estan ? Terreur et disparitions au Pérou (1980-2000)
DUPUIS, Daniel - LE PRE SAINT GERVAIS : LE PASSAGER CLANDESTIN, 2009, 384 P.
Ce livre donne la parole aux proches des disparus au Pérou lors du conflit armé qui a opposé la guerilla maoïste du Sentier lumineux aux forces armées péruviennes de 1980 à 2000. Les deux tiers d’entre eux étaient de jeunes paysans indiens qui vivaient dans trois départements les plus pauvres du pays. L’auteur rend compte des travaux de la Commission Vérité et Réconciliation mise en place en 2001 au Pérou pour mettre fin à l’indifférence et au silence. Il montre que la démocratie ne pourra être effective que lorsque le pays assumera son histoire et reconnaîtra le droit des familles des victimes.

La mémoire et le pardon : les commissions de la vérité et de la réconciliation en Amérique latine
MARTIN, Arnaud (sous la dir.de) – PARIS, L’HARMATTAN, 2009, 272 P.
L’exigence de mémoire et la nécessité du pardon constituent l’un des enjeux fondamentaux de la consolidation des pays d’Amérique latine, marqués par des guerres civiles d’une particulière cruauté. C’est le rôle qu’ont joué les Commissions de la vérité et de la réconciliation au Chili, Brésil, Argentine, Colombie et Pérou. Des chercheurs latino-américains présentent le travail de ces commissions auxquelles ils ont participé et proposent un réflexion sur les conditions dans lesquelles la réconciliation des ennemis d’hier est possible..

La grande révolte indienne
LE BOT, Yvon - PARIS : ROBERT LAFFONT, 2009/03, 365 P.
L’émergence indienne, phénomène majeur des dernières décennies en Amérique latine, exprime une demande de démocratie qui, au-delà des changements de régimes politiques, s’enracine dans le rejet du racisme hérité de la Conquête et de la colonisation. Combinant projet culturel, revendications sociales et aspirations démocratiques, les Indiens ont acquis une nouvelle visibilité dans tous les pays d’Amérique latine, qu’ils y représentent une part importante de la population (Équateur, Bolivie, Pérou, Guatemala, Mexique) ou qu’ils ne soient qu’une minorité plus ou moins significative (Colombie, Brésil, Nicaragua, Panamá ou Chili). De la Terre de Feu à la Californie, la longue marche indienne est constituée par une multitude d’acteurs, souvent des femmes, qui en luttant pour leur émancipation, contribuent à produire une planète multiculturelle.

Conflits entre communautés andines et entreprises minières
FRITSCH, Francisco - DIAL, n°3042, 2009/02/01, P. 1-4
Après les 500 ans d’occupation des "conquistadores", ce sont maintenant les multinationales qui possèdent d’importantes concessions minières, le gouvernement pensant développer ainsi les richesses du pays. Mais la terre et l’eau surtout deviennent une source de conflit entre paysans et mineurs car ceux-ci lavent les minerais avec des acides très polluants. Il y a actuellement un "réveil indien". L’Eglise essaie de les accompagner pour qu’ils soient entendus. Il est urgent et nécessaire qu’un développement alternatif et soutenable basé sur le respect de la personne et de la nature arrive enfin dans les Andes.

Théma : Pérou indigène
IKEWAN, n°74, 2009/10, P. 3-10, P. 16
A l’instar du "Serpent royal" (Tupac Amaru en quechua), symbole de la résistance à l’oppression, la révolte de dizaines de milliers d’Indiens amazoniens a finalement fait céder, après une répression sanglante à l’encontre des communautés autochtones, le gouvernement péruvien qui a abrogé les décrets-lois facilitant l’extraction pétrolière de leurs territoires. Parmi ces peuples, les Aguaruna, bien organisés, semblent bien armés pour affronter la modernité et le futur.

Que les Péruviens pauvres arrêtent de quémander
BRUCKMAN, Monica - LE MONDE DIPLOMATIQUE, n°666, 2009/09, P. 16-17
Le gouvernement d’Alan Garcia au Pérou se montre très répressif à l’égard de la population. Il met en place une modernisation élaborée dans le cadre des négociations du Traité de libre commerce (TLC) signé avec les Etats-Unis. Il organise la privatisation des terres autochtones qui n’est pas seulement un problème économique, mais qui s’attaque à une certaine vision du monde, dans laquelle préserver l’environnement équivaut à défendre la vie.

Mémoires des violences politiques
MESCLIER, Evelyne (sous la dir. de) ; ROBIN AZEVEDO, Valérie (sous la dir. de) - PROBLEMES D’AMERIQUE LATINE, n°68, 2008/03, P. 7-100
Depuis quelques années, un travail de mémoire est en cours dans les pays d’Amérique latine qui ont connu la violence politique. Les études de cas présentées dans ce dossier en dégagent les similitudes et les différences. Les auteurs analysent les enjeux contemporains de ce travail.

Les difficultés de la mémoire, le pouvoir et la réconciliation dans les Andes : l’exemple d’Ayacucho (Pérou)
GAMARRA, Jefrey - PROBLEMES D’AMERIQUE LATINE, n°68, 2008/03, P. 57-79
L’Amérique latine semble, après des années d’instabilité politique, s’avancer vers une consolidation de la démocratie. Pour comprendre cette évolution il faut étudier le passé récent. Cet article analyse particulièrement le cas du Pérou, où il est très important de faire un effort de mémoire. Mais ce n’est pas facile car la tentation est grande de minimiser les mémoires des autres, considérées comme inopportunes, et de légitimer une seule mémoire en la présentant comme une mémoire officielle ou une mémoire historique unique. L’auteur tente donc de prémunir les lecteurs contre les dangers d’une vision homogène du passé et d’une mémoire totalisante. L’exemple étudié est dans le département d’Ayacucho.

Les droits des indigènes : reconnaissance internationale, résistance des Etats
RUDEL, Christian - ESPACES LATINOS, n°247, 2008/07, P. 10-13
La convention 169 adoptée par l’OIT (Organisation internationale du travail) en 1989, a reconnu des droits spécifiques aux communautés autochtones. La Déclaration universelle sur les droits des peuples autochtones du 13 septembre 2007 votée par l’Assemblée générale des Nations Unies les a confirmés en leur donnant un cadre, le droit à l’autonomie. En fait, les droits des autochtones en Amérique latine continuent à être violés au profit des intérêts de multinationales. Ainsi les Etats n’ont signé la convention 169 que pour se donner une façade démocratique. Il est à craindre qu’ils ne se sentent pas plus engagés par leur vote de la Déclaration universelle.

Fujimori devant ses juges
SALAZAR, Mariana - COURRIER DE L’ACAT, n°287, 2008/07, P. 29-45
Depuis décembre 2007, l’ex-président du Pérou, Alerto Fujimori doit répondre devant la justice péruvienne de violations des droits de l’Homme et de corruption. Il est déjà condamné à six ans de prison pour perquisition illégale. Bien que Fujimori ait été élu démocratiquement en 1990, son régime a vite dérivé vers l’autoritarisme. Il avait mis en place une loi antiterroriste contre la guérilla du sentier lumineux avec l’aide du groupe paramilitaire COLINA. Cette guerre a donné lieu, sous sa présidence, à des assassinats et des disparitions. Fujimori crie son innocence. La justice compte le condamner comme auteur indirect des crimes perpétrés. Les observateurs nationaux et internationaux veillent à ce que le procès soit juste. La partie civile n’acceptera jamais l’impunité. Rosa Maria Alva, prisonnière innocente, fut détenue durant un an et demi. Gisela Ortiz est porte-parole des victimes. Son frère a été tué sous le régime Fujimori. Elle veut que la vérité soit faite. Ce procès est un avertissement pour les futurs pouvoirs en place. Fujimori est aussi perçu comme celui qui a libéré le Pérou du terrorisme.

Pérou : Ombres et lumières
BARBIER, Chrystelle - PARIS : TOUTE LATITUDE, 2007, 190 P.
Reportage sur les réalités politiques, économiques, sociales et culturelles d’un pays en plein développement qui doit relever de nombreux défis. Le Pérou est un pays de contradictions : sa population métissée a souffert de la guérilla du Sentier Lumineux et des Tupac Amaru, de la corruption de l’ère Fujimori, de la drogue, de la pauvreté liée à l’urbanisation sauvage, du creusement des inégalités. Mais le Pérou ne manque pourtant pas d’atouts : sa croissance économique est au beau fixe, sa biodiversité est sans égale, le pays dispose d’une grande richesse culturelle avec le Machu Picchu et tous les vestiges de l’époque précolombienne et la richesse de sa gastronomie... Son potentiel touristique est donc énorme mais l’un des grands défis de demain consistera à le développer sans nuire à l’environnement ni à la perennité des sites privilégiés.

Révolutionnaires, réformistes ou "hommes politiques traditionnels" ? Montée en puissance et effondrement de la gauche au Pérou
TANAKA, Martin - PROBLEMES D’AMERIQUE LATINE, n°55, 2005/01, P. 65-89
Cet article analyse l’essor, puis le déclin de la gauche au Pérou, au cours des dernières décennies. Malgré son importance dans les années 80, on peut considérer que la gauche n’existe plus actuellement au Pérou. Les tensions entre un projet radical et un projet réformiste ont conduit à la division de l’IU (Izquierda Unida). Cela a permis l’arrivée d’un leader hors système, Alberto Fujimori. qui a entraîné l’effondrement du système des partis.

Le Pérou en quête d’espérance
GUTIEREZ, Gustavo - DIAL, n°2811, 2005/06/01, P. 9-10
Le rapport de la commission de la vérité et de la réconciliation est un pas important pour dépasser les années de violences et d’injustices. La pauvreté et la marginalisation en sont les causes essentielles. Il ne peut y avoir de paix durable sans justice sociale et la pauvreté actuelle est une atteinte à la dignité et aux droits humains. L’éducation des jeunes doit être un facteur d’espérance et l’Etat a un rôle à jouer dans cette politique d’éducation et de solidarité sociale.

J’avais une seule chose en tête : retrouver mes soeurs
GRANADOS, Silvia - DIAL, n°2738, 2004/07/16, P. 1-2
Maritza, Dina et Olga ont été séparées pendant 14 ans à cause de la violence politique qui secouait le pays en 1988. La mission actuelle de différentes associations est de continuer le travail de recherche des familles séparées durant cette période.

Les paysans andins
MALASSIS, Louis : FAYARD, 2004/06, P. 292-303
L’auteur décrit l’évolution de l’agriculture andine depuis l’empire inca qui connaissait une agriculture productive et une civilisation développée. Il parle ensuite de la conquête espagnole et de la colonisation. Enfin il analyse le système agraire des latifundia et des minifundia et montre que la paysannerie amerindienne a été la grande victime de la colonisation, asservie, privée de ses terres et de ses moyens de subsistance. Il décrit pour finir la situation déplorable, d’une grande misère, de cette paysannerie au 20ème siècle.

Stérilisation forcée des Indiennes du Pérou
BARTHELEMY, Françoise - LE MONDE DIPLOMATIQUE, n°602, 2004/05, P. 14-15
Le 9 septembre 1995, le président du Pérou, Alberto Fujimori, présentait un projet de loi autorisant le recours à la stérilisation au même titre que d’autres moyens contraceptifs. Le nouveau ministère de la promotion de la femme et du développement humain (Promudeh) allait devenir le maître d’oeuvre d’une campagne médiatisée de stérilisations forcées gratuites par ligature des trompes (330 000 femmes) et vasectomie (25 000 hommes). Ce "programme de santé reproductive et de planification familiale", qui devait permettre aux femmes péruviennes de milieu défavorisé de maîtriser leur destin, était soutenu financièrement par l’Agence américaine pour le développement international (Usaid). Son caractère raciste et contraire aux droits de la personne n’a été dénoncé à l’époque ni par l’OMS, ni par l’Eglise catholique, ni par les féministes. Le rapport final de la CV (Commission Vérité et Réconciliation) du 28 août 2003 vient de situer le crime que constituent ces stérilisations massives dans le contexte de la fracture sociale péruvienne.

Commission de la vérité : les mythes qui subsistent
ARDITO VEGA, Wilfredo - DIAL, n°2753, 2004/10/16, P. 3-4
La vie des paysans andins n’est pas une priorité pour l’Etat et la société du Pérou. Ce pays est celui qui, au monde, compte le plus de disparus. Au lieu d’affronter la vérité, certains continuent de soutenir que les crimes des années 1980 et 1990 étaient nécessaires pour lutter contre le terrorisme.

Pérou : quelles politiques de lutte contre la pauvreté ?
BEY, Marguerite - AUTREPART, n°27, 2003, P. 5-23
Le Pérou est un pays où la pauvreté est devenue omniprésente. Cet article met en regard l’évolution de la paupérisation avec les programmes de lutte contre la pauvreté mise en place dans les années 1990. Il analyse les objectifs et les résultats de ces politiques par rapport aux ambitions du gouvernement Fujimori, en ce qui concerne les populations pauvres. L’auteure étudie les effets sur le niveau de vie des populations pauvres ou subissant certaines carences, de la multiplication des aides sociales (alimentation, santé, infrastructures sociales). Ces politiques semblent seulement conjoncturelles et ne combattent pas les causes profondes de la pauvreté.

Aux origines de la violence
BRAUN, Frédérique - DEFIS SUD, n°60, 2003/12, P. 22-23
La Commission de la Vérité et de la Réconciliation a remis son rapport le 28 août 2003. Il désigne l’exclusion sociale comme origine de la violence politique. Les responsabilités vont vers le "Sentier lumineux", les militaires et la police. Les victimes sont des paysans Quechuas. Les médias de droite, l’armée et l’église contestent le rapport. Le gouvernement met en place un plan de paix et de développement.

Le rapport de la Commission de la vérité et de réconciliation
ARROYO, Pilar - DIAL, n°2676, 2003/10/16, P. 9-15
Neuf tonnes de papier constituent le rapport présenté au pays sur les violences politiques internes des années 1988 à 2000. Ce document rapporte des responsabilités, les faits, les victimes, le rôle du "Sentier lumineux", des politiques, de la police de l’armée, de la justice, des églises. Mario Vargas Llosa donne aussi son avis sur cette période qui vit la disparition de 69 000 personnes dont les trois-quart étaient des paysans indiens des Andes.

Les chiffres de la pauvreté
MUNOZ, Adriana - DIAL, n°2570, 2002/07/01, P. 3-4 - Article paru dans Signos en avril 2002.
Pour l’économiste Pedro Herrera, 14 609 000 habitants du Pérou vivent dans des conditions de pauvreté, soit 54, 8 pour cent de la population. 24 pour cent vivent en situation d’extrême pauvreté. Les populations rurales sont 3 fois plus pauvres que les pauvres des villes et l’adoption du modèle néolibéral dans les années 1990 n’a pas apporté de solution au problème. La dette extérieure et la corruption font que le gouvernement se limite seulement à une politique de dépenses sociales temporaires sans plan de développement social à long terme.

Premières audiences publiques de la Commission vérité et réconciliation
DIAL, n°2574, 2002/07/16, P. 1-2 - Un article de "Noticias Aliadas" de mai 2002 suivi d’un article extrait de "Ideele" numéro 146 de mai 2002.
Trente mille personnes sont mortes du fait de plus de cinq mille cinq cent cas de disparitions et d’exécutions sommaires. Les auditions sont un outil pour la réconciliation et la Commission dispose de dix-huit mois pour faire un rapport sur les violences qui ont sévi dans le pays entre 1980 et 2000.

Près de 7000 dénonciations pour disparition forcée
SANTOLALLA, Gino Costa - DIAL, n°2443, 2001/01/16, P. 9-11
Entretien avec l’adjoint du défenseur du peuple pour les droits humains, paru dans Ideele en novembre 2000 au Pérou.
L’enquête, menée à la demande de l’Association nationale des familles de détenus et disparus du Pérou (ANFASEP) estime que ce sont 4022 personnes, disparues entre 1983 et 1996, dont on serait sans nouvelle. 60 pour cent des disparitions ont eu lieu dans l’Ayacucho et elles furent un instrument de la lutte contre-insurrectionnelle. L’armée, avec 60 pour cent de dénonciations, est l’institution qui a pratiqué le plus de disparitions. La plupart des disparus sont des jeunes andins, paysans et quechua. Le bureau du Défenseur du peuple, qui mène cette enquête, estime qu’il est nécessaire de faire la lumière sur ces délits contre l’humanité afin que ces faits ne se répètent pas. Il est indispensable d’établir la vérité, de faire justice et de réparer les torts commis.

Contes du lever du jour : Achikyay Willaykuna
MENESES LAZON, Porfirio - PARIS : L’ASIATHEQUE, 2001/09, 208 P.
Nouvelles présentées et traduites par César ITIER. Bilingue. Glossaire.
Ces six nouvelles ont été publiées en quechua en 1998 à Lima. Elles marquent une rupture avec la tradition littéraire indigéniste et folkloriste qui a conditionné l’essentiel de la littérature quechua du XXème siècle. L’auteur pense la langue quechua dans une perspective moderne et ne s’intéresse guère à une réflexion identitaire, mais à ce qu’il y a de profondément humain dans les personnages, au-delà de leur environnement social et ethnique.

L’agonie du fujimorisme
PECAUT, Daniel (sous la dir. de) - PROBLEMES D’AMERIQUE LATINE, n°38, 2000/07, P. 3-141
Dossier comprenant six articles :
* Pérou : l’élection présidentielle de 2000 et l’impossible maintien au pouvoir d’un régime autoritaire
* Les relations des Etats-Unis avec l’Amérique latine : le cas péruvien
* Stabilisation et ajustement économique au Pérou : les limites du modèle néolibéral
* Ajustement et mobilité économique à Lima
* Villa El Salvador : un bilan de la participation politique
* Trente ans après la réforme agraire péruvienne : le discours des investisseurs contre la voie paysanne.
Le scrutin présidentiel d’avril-mai 2000 a ouvert au Pérou une période de grande confusion. Dans ce dossier, certains articles portent spécifiquement sur le bilan du fujimorisme ; d’autres traitent des mutations sociales de la société péruvienne sur une plus longue durée.

Pour comprendre le Pérou
ESPACES LATINOS, n°143-144, 1997/06, P. 15-42, Bibliographies, statistiques.
Dossier comprenant notamment les articles suivants :
* Néolibéralisme économique et autoritarisme politique (Bruno Revesz)
* Hommes forts : L’éternel recours
* Le cri de Dimitila résonne encore au Pérou (Christian Rudel)
* Torture au Pérou : Un crime dans l’ombre
* Le mouvement des femmes au Pérou
* Les Asiatiques au Pérou
* Rencontre avec l’écrivain Alfredo Bryce Echenique
* César Vallejo, grand poète péruvien.
La situation politique au Pérou est complexe, pour preuve la prise d’otages par le Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru de décembre 1996 alors que le Président Fujimori annonce périodiquement la disparition totale des groupes de ce type. Pour mieux la comprendre, ce dossier regroupe les articles de journalistes péruviens et français qui ont écrit sur l’histoire de ce pays, sa situation économique et sociale, son histoire politique, la question indienne, les femmes et l’immigration asiatique. La richesse de la culture péruvienne est représentée grâce aux portraits de deux écrivains de renom.

Impunidad : una perspectiva ética
HARPER, Charles (sous la dir. de) - MONTEVIDEO : TRILCE, 1996, 158 P. Etudes de cas.
Ouvrage étudiant le phénomène de l’impunité dans six pays d’Amérique Latine. Il est question de la légalisation de l’impunité qui peut être source de difficultés sur le chemin de la réconciliation nationale et empêcher une réconciliation authentique, des conséquences que cette impunité peut avoir sur la société et des luttes populaires nées à partir de là. Nous abordons aussi les grands thèmes faisant débat : Réconciliation, justice, pardon, mémoire, vérité et oubli. Ce livre comporte quelques consonances religieuses. L’analyse de ces six cas, permet de comprendre les liens entre le développement de l’impunité dans différents pays d’Amérique latine. Tous ces textes sont écrits par des acteurs de la défense des droits humains.

Impunité et démocratie en Colombie, au Chili, au Pérou et ici
IDHL - LYON : IDHL, 1996/03, 115 P. - Institut des Droits de l’Homme (IDHL, Université Catholique de Lyon). Actes du Forum (Lyon, 12-14 mars 1996).
Les actes de ce forum reprennent la table ronde sur l’impunité et la démocratie en Colombie, au Chili et au Pérou. Cette discussion est suivie d’une intervention défendant la nécessité d’une stratégie de lutte contre l’impunité. Au regard des droits de l’homme et de la justice, le texte suivant s’intéresse à la notion de crime contre l’humanité (du procès de Nuremberg à celui de Paul Touvier). Plus près de nous, se pose également la question des difficultés rencontrées par la justice internationale en Bosnie et au Rwanda.

Pérou : la vérité et la justice contre l’impunité
GUTIERREZ, Gustavo COORDINATION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME ; CONSEIL PERMANENT DE LA CONFERENCE EPISCOPALE PERUVIENNE - DIAL, n°2002, 1995/07/20, P. 1-6
Dossier comprenant trois textes : Communiqué de la Coordination nationale des droits de l’homme (14/06/1995) ; Communiqué du Conseil Permanent de la Conférence épiscopale péruvienne (15/06/95) ; La honte ("la Republica", 18/06/95).
Pour l’Eglise, les associations de droit de l’homme et d’autres, l’amnistie votée, le 14 juin 1995, par le congrès constituant démocratique péruvien en faveur des militaires coupables de crimes de sang dans la lutte menée contre la guérilla, est inacceptable. La réconciliation nationale ne peut se faire en occultant la vérité et la justice.

Violence de la modernité en Amérique latine : Indianité, société et pouvoir
LE BOT, Yvon - PARIS : KARTHALA, 1994, 282 P.
L’auteur propose une réflexion de fond à partir des expériences parmi les plus fortes en Amérique latine : le Katarisme bolivien, le mouvement indien et les guerillas en Colombie, la confrontation entre Miskitos et sandinistes au Nicaragua, le mouvement autochtone en Equateur, les relations entre le Sentier lumineux et les communautés au Pérou, le soulèvement néo-zapatiste dans l’Etat du Chiapas au Mexique.