Accueil > S’informer > Articles et traductions > Belo Monte : un tribunal brésilien (...)

Belo Monte : un tribunal brésilien ordonne l’arrêt du chantier

Par Béatrice Héraud

, par Novethic

Nouveau rebondissement dans la construction du colossal barrage de Belo Monte au cœur de l’Amazonie. Un tribunal régional fédéral a demandé l’arrêt des travaux de ce qui devrait être le troisième plus grand barrage du monde. Motif : les indiens habitants la zone n’ont pas été préalablement consultés avant leur mise en œuvre.

Le chantier de ce qui devrait être le troisième plus grand barrage hydroélectrique du monde n’est décidemment pas un long fleuve tranquille. Le 14 août, la cour fédérale de la région d’Altamira, dans l’Etat du Para (Brésil) a décidé à l’unanimité d’ordonner l’arrêt des travaux de Belo Monte situé sur le fleuve Xingu, arguant du fait que les indiens vivants dans la zone n’ont pas été consultés avant le début de la construction, ce qui contrevient aux lois brésiliennes et aux conventions internationales (OIT) signées par le pays. « La décision de la Cour met en lumière l’urgente nécessité du gouvernement brésilien et du Congrès de respecter la Constitution fédérale et les conventions internationales sur la consultation préalable des communautés indigènes concernant les projets qui mettent en danger leur mode de vie et leur territoires », a ainsi déclaré la juge à l’origine de la décision, Souza Prudente. Pour que les travaux, débutés l’an dernier, puissent reprendre, le tribunal demande à ce que les indiens soient auditionnés par les parlementaires mais aussi que soit rédigé un nouveau décret législatif autorisant les travaux. Dans le cas où le consortium Norte Energia (filiale à 49% d’Eletrobras) en charge des travaux ne respecterait pas sa décision, une amende de 500 000 reais/jour (environ 200 000 €) serait prélevée.

Lire l’article sur Novethic

Agenda Tous les événements

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous