Accueil > S’informer > Articles et traductions > Anniversaire de Bhopal : trente ans (...)

Anniversaire de Bhopal : trente ans après la catastrophe, la tragédie continue

, par Down to earth

Cet article est un extrait de l’ouvrage « Bhopal Gas Tragedy, After 30 Years », publié par le Centre for Science and Environment en décembre 2014. Extrait publié initialement par le magazine du CSE, Down to Earth. Retrouvez l’article original en anglais ici : 30 years of Bhopal gas tragedy : A continuing disaster.

Cet article est publié dans le cadre d’un partenariat avec l’Observatoire des multinationales, et il a été traduit par Françoise Vella, traductrice bénévole pour Ritimo.

En décembre 1984, la ville indienne de Bhopal était le théâtre d’une des plus importantes catastrophes industrielles de l’histoire, dont les terribles conséquences humaines et environnementales se font encore sentir aujourd’hui. Bhopal apparaît aussi comme un cas d’école de la difficulté pour les victimes d’obtenir justice face aux entreprises multinationales et à leurs dirigeants, particulièrement lorsqu’il s’agit de populations pauvres d’un pays du Sud de la planète. Bilan du trentième anniversaire de Bhopal, par Sunita Narain et Chandra Bhushan du Center for Science and Environment de New Delhi.

C’est dans la nuit du 2 décembre 1984 que Bhopal est morte un million de fois. Le produit chimique, l’isocyanate de méthyle (MIC), qui s’est déversé depuis une usine de pesticides d’Union Carbide India Ltd (UCIL) a transformé la ville en une vaste chambre à gaz. Prise de vomissements, la population s’enfuyait dans les rues et mourait. La ville s’est trouvé à court d’incinérateurs. Ce fut la première (et jusqu’à présent, la seule) catastrophe industrielle majeure qu’ait connu l’Inde. Auparavant, les gouvernements successifs avaient dû faire face à des inondations, à des cyclones et même à des tremblements de terre, mais ils ne savaient absolument pas comment réagir face à un tel événement. La société multinationale américaine Union Carbide Corporation (UCC), propriétaire de l’usine par l’intermédiaire de sa filiale UCIL, n’a pratiquement rien fait pour aider l’Inde à faire face à cette tragédie humaine. Trente ans plus tard, la tragédie continue. Non pas à cause de ce qui s’est passé durant cette nuit fatidique, mais à cause de l’incompétence et de l’indifférence qui ont suivi.

Bhopal a été frappé d’une double catastrophe : l’une s’est déroulée sur le moment, l’autre au cours des trente années qui ont suivies.

Sommaire :

Un impact sanitaire encore mal évalué

Combat inachevé pour la réparation

La catastrophe de Bhopal 2.0

Pourquoi cette tragédie ininterrompue ?

Des dizaines de Bhopal en puissance à travers toute l’Inde

Des lois renforcées mais pas respectées

Des catastrophes en puissance comparables à celle de Bhopal

Les trente prochaines années

La question de la responsabilité doit être tranchée

Indispensable responsabilité des entreprises

Lire l’intégralité de l’article en pdf, ci-dessous.

Agenda Tous les événements

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous