Accueil > S’informer > Dossiers > Petit tour de la « Presse Pas Pareille » en Méditerranée > Le Ravi à l’heure espagnole

Dossier Petit tour de la « Presse Pas Pareille » en Méditerranée

Le Ravi à l’heure espagnole

, par Le Ravi , ROUCHARD Samantha

Après les pays du Maghreb, le Ravi continue sa tournée de la presse pas pareils méditerranéenne avec un retour en Europe. En Espagne où l’effervescence politique autour de Podemos se traduit aussi dans le paysage médiatique.

JPEG - 182.8 ko
Cette première « Une » du satirique Orgullo y Satifaccion (septembre 2014) résume la démocratie espagnole à travers une métaphore chargée de sens. Au premier plan, les politiques, les financiers et le roi et, au-dessus d’eux, les votes du peuple qui servent de confettis à leur fête. Dessinateur : Guillermo Torres

« Il aura fallu attendre que le Washington post parle du mouvement des Indignés pour que la presse espagnole s’en empare, avant ça c’était le silence complet », se souvient Sofia de Roa Verdugo, journaliste et chercheuse en sciences politiques devenue porte-parole du mouvement en 2011 et aujourd’hui proche de Podemos.
« Lorsque la presse espagnole décide enfin de traiter le sujet, c’est pour mieux nous criminaliser », note la jeune femme. Afin de lutter contre cette désinformation manifeste, les journalistes et citoyens qui occupent la Puerta del Sol à Madrid décident alors de créer leurs propres médias alternatifs comme Toma la tele ou el Periódico 15 M. pour rendre compte de ce qu’il se passe vraiment.

InfoLibre, un Mediapart hispanique

Depuis la crise de 2008, la presse espagnole licencie à tour de bras, le premier quotidien du pays El País (centre gauche), créé en 1976 et appartenant au premier groupe de presse Prisa, se sépare d’un tiers de son effectif. En quelques années des milliers des journalistes se retrouvent sur le carreau. Certains choisissent de rebondir et du même coup de s’affranchir d’une presse au garde à vous. C’est le cas de Jesús Maraña, ancien directeur du quotidien Público qui crée en mars 2013, avec d’autres journalistes licenciés, le pure player InfoLibre (et son mensuel imprimé TintaLibre). « Nous avons ressenti la nécessité de créer des médias indépendants, car nous considérons que la majorité des médias espagnols est conditionnée de façon absolue par le pouvoir économique et politique », explique Jesús Maraña. Partant de ce constat et avec l’envie de faire du journalisme d’investigation, l’équipe constituée tente de trouver un modèle économique pour assurer son indépendance sur le modèle de Mediapart qui possède aujourd’hui 10 % du capital d’InfoLibre, le reste appartenant aux journalistes de la rédaction (en majorité), ainsi qu’à une petite maison d’édition et à la société des amis d’InfoLibre composée essentiellement de citoyens lecteurs.

Pas évident de rester debout dans un pays où la presse est de plus en plus muselée… En 2012, Mariano Rajoy (Parti populaire) chef du gouvernement depuis 2011 n’a pas hésité, après avoir modifié le mode de nomination du président de la RTVE (groupe de Radio et télévision espagnole) à l’avantage de sa majorité, à virer trois journalistes jugés trop critiques envers sa politique d’austérité.


Le gouvernement bâillonne

Les médias privés sont aussi victimes de la censure. En juillet 2007, l’hebdo satirique El Jueves (créé en 1977) a été saisi pour injure à la Couronne d’Espagne. En cause une « Une » représentant une caricature du prince et de la princesse des Asturies en train de forniquer ! « Ça a été notre meilleure campagne publicitaire ! », se réjouit le dessinateur Guillé Martinez-Vela Fernandez. En juin 2014, une autre « Une » fait scandale : celle d’un Juan Carlos abdiquant et remettant une couronne pleine d’excréments à son fils. Mais la polémique est ailleurs, plusieurs dessinateurs du journal qui ont démissionné depuis, accusent la direction d’autocensure, affirmant que les 60 000 exemplaires du satirique déjà imprimés seraient partis à la poubelle, remplacés à la dernière minute sous la pression par une caricature du leader de Podemos. Jusqu’à 2007 le journal était indépendant et appartenait à ses dessinateurs, depuis il a été racheté par le groupe de presse RBA.

« Au début, ils nous ont promis qu’ils n’interviendraient pas dans le contenu éditorial, note Albert Monteys, dessinateur et directeur d’El Jueves de 2006 à 2011. Mais peu de temps après, ils nous ont demandé de ne pas plaisanter sur de grandes marques comme Coca Cola par exemple parce qu’en tant que gros groupe de presse, ils avaient des intérêts publicitaires à défendre. » Albert Monteys fait partie du groupe des dessinateurs démissionnaires, ensemble ils ont créé Orgullo y Satisfacción un mensuel satirique en ligne, dont la « Une » du premier numéro illustre cet article. La revue mensuelle satirique et indépendante Mongolia (investigation, enquête et « Unes » détournées) est, quant à elle, disponible en kiosque et sur le net avec des vidéos, et se situe à mi-chemin entre Le Canard enchaîné et le Petit journal (lire interview ci-dessous).

Si, aux lendemains des attentats de Charlie Hebdo, Mario Rajoy - comme d’autres - battait le pavé parisien pour défendre la liberté d’expression, fin 2014, le parti populaire majoritaire au parlement espagnol faisait voter la « loi de sécurité citoyenne », surnommée « loi bâillon » (Ley mordaza) en vigueur depuis le 1er juillet. Une loi qui rappelle les temps obscurs du franquisme en limitant la liberté de manifestation, d’expression et d’information. En sanctionnant par exemple la prise et la diffusion de photos des forces de l’ordre, photographe et média diffuseur pouvant encourir jusqu’à 30 000 euros d’amendes. Ricardo Gutierrez, secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes dénonce cette loi dans son rapport et s’inquiète pour l’avenir : « C’est une lame de fonds qui touche désormais toute la vieille Europe, au même titre que la loi sur le renseignement en France, celle sur la diffamation en Italie, etc. Le citoyen n’a pas l’air de s’en émouvoir alors que c’est pourtant son droit à être informé qui est en danger. »
La télé des Indignés

Podemos, le parti politique de la gauche radicale issu de la mouvance des Indignés, a sa propre télé qui rencontre elle aussi un grand engouement.

La Tuerka - qui signifie « vis » en français dans le sens « serrer la vis au système » - est le nom donné à cette télévision 100 % Podemos, composé d’un JT satirique mais aussi d’une émission « Otra vuelta de tuerka » (Autre tour de vis ) durant laquelle Pablo Iglesias, figure emblématique du mouvement interroge un Thomas Piketty (Le capitalisme au XXI ème siècle) qui bat à plate couture un Jean-Luc Mélenchon (prononcer « Yan-Louc Mélenchone ») en nombre de vues : 31 196 pour le premier, 7496 pour le second. Pourtant ce dernier fait l’effort de répondre dans la langue de Sancho Panza… Un délice ! Surtout lorsqu’il raconte une naissance entre mer méditerranée et océan Atlantique, ce qui lui vaut de posséder « la tranquilidad del mar y la pasion del océano » ! Pablo Iglésias est aussi l’animateur d’une émission de débat, « Fort Apache », qui regroupe autour de sujets épineux tous les antisystèmes. La télé est financée par les dons des membres de Podemos et une partie des salaires des 5 députés européens du parti politique.

Entretien avec Darío Adanti, co-fondateur et co-rédacteur en chef de la revue satirique Mongolia.


Pourquoi votre revue s’appelle Mongolia ?

L’idée du nom est venue de Téo, 10 ans, fils d’un des fondateurs. Ça sonnait bien et ça avait du sens. Puisque pour une grande partie de son histoire le peuple mongol a été assiégé par les grands empires, la Chine, l’URSS… et a pourtant réussi à sauvegarder sa culture et sa façon de vivre. Ça nous a semblé un beau symbole de résistance.

La presse est en crise, vous n’avez pas eu peur de vous lancer ?
En temps de crise, les gouvernements néolibéraux-conservateurs comme celui qui nous gouverne profitent de l’occasion pour restreindre les libertés en prenant des prétextes mercantiles et sécuritaires. Les agences de notation et le terrorisme deviennent alors complices de ces restrictions de libertés. Il semblait important de créer un magazine satirique brutal avec un vrai journalisme et indépendant des lobbies du pouvoir.

Pourquoi un satirique ?
La satire et le journalisme engagé sont les meilleurs miroirs sur lesquels les citoyens peuvent compter pour voir le reflet de la société dans laquelle nous vivons. Le journalisme a la vérité comme élément central et la satire, le mensonge. Mais ensemble, le journaliste avec ses faits et la satire avec ses métaphores, reflètent cette partie de la réalité qui n’est pas montrée. Car le pouvoir, surtout en démocratie, nécessite de se grimer publiquement afin de demeurer acceptable. Et nous pensons que la santé d’une démocratie se mesure au nombre de revues satiriques qui sont sur le marché.

Article initialement publié sur le site Le Ravi

Sur nos sites Tous les sites

S'abonner aux lettres Les dernières lettres

Suivez-nous